En deuil et...

Logo
Tu soutiens des endeuillés ? Mes formations sont pour toi !  Tu es en en deuil ? Ici, de nombreuses ressources pour t'accompagner. Professionnel, je te donne les clés pour renforcer ta posture pro et booster tes compétences théoriques et de savoir-coeur. Tu es en deuil : voici des contenus gratuits, des ressources multi-supports, articles, podcasts, conférences, lives... et même un réseau de professionnels formés à l'accompagnement du deuil  ✨Bonne visite ✨
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

User ses émotions

, 13:04 - Lien permanent

Consoler : Soulager, apaiser, adoucir.



Christophe Fauré explique dans son livre Vivre le deuil au jour le jour que, lorsqu’on est en deuil, il faut trouver des moyens d’user ses émotions pour qu’elles soient plus supportables.

Alors oui, parler de ses peines, c’est déjà se consoler, parce que, en parlant on exprime, et en exprimant, on use les émotions.

J’avais du mal à comprendre cette notion d’user ses émotions. Deux images à partager avec vous.

La première : la différence entre un angle pointu et un angle arrondi. Dans les deux cas, l’angle est là, il existe et pourtant il est différent. Il est plus doux dans le second cas, si on se cogne, on se fera certainement moins mal.

La seconde : vous regardez un film très émouvant. Peut-être allez-vous pleurer, avoir la gorge serrée selon votre mode d’expression des émotions. Regardez une deuxième fois, puis une troisième, puis une dixième fois : ressentez-vous la même émotion, avec la même intensité ? C’est rare ! En général, au fur et à mesure des visionnages, le niveau émotionnel baisse. Parfois même, cela va finir par nous agacer.

Alors bien sûr, vivre le deuil ou regarder un film, c’est évidemment très différent. Il n’empêche que le curseur émotionnel baisse au fur et à mesure que l’on arrive à exprimer sa peine et ses émotions.

Exprimer, ce n’est pas forcément parler. Peut-être que pour vous c’est chanter, danser, marcher, sculpter, jouer d’un instrument, dessiner, peindre, bricoler, colorier, méditer… Du moment que vous y mettez cette intention, votre cerveau va décharger un petit peu de ce trop plein émotionnel qui vous empêche de vivre.

J’adorais travailler ces options avec les personnes que j’accompagnais. Les résultats les surprenaient toujours.