En deuil et...

Logo
Vous traversez un deuil. C'est une étape très difficile de la vie. En accueil individuel, familial ou en groupe d'entraide, mon métier est de vous proposer un accompagnement pour vous comme pour votre famille.
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Les étapes du deuil

, 20:28 - Lien permanent

Le deuil est un processus qui se déroule en plusieurs étapes. Elles ne sont pas linéaires, le deuil ressemblant plus à un essorage dans une machine à laver d'émotions qu'à une courbe linéaire. Cependant, on peut retrouver 5 étapes qui jalonnent les différents moments du deuil.

Le deuil est un processus et non un état, c’est-à-dire qu’il est évolutif de manière constante même si on a le sentiment qu’on n’avance pas. Il faut l’aborder comme une reconstruction de la relation à l’autre en soi-même, intérioriser la relation au défunt.

Il y a 5 étapes :

Le choc, la sidération : psychiquement, on ne peut pas s’adapter à cette information, on ressent de l’incrédulité et on se sent en pilote automatique. Il faut s’appuyer sur les autres pour les premières démarches. C’est un état qui dure quelques jours, parfois quelques semaines.

La fuite : Le but premier étant d’annuler la souffrance, on est parfois tenté de mettre en place des stratégies qu’on regrette ensuite (vider la maison, jeter des affaires).

La recherche : Dans le même temps, on cherche le défunt partout ou tout du moins, des traces de lui : son odeur sur un vieux pull, sa silhouette au loin dans la foule, sa voix et son image dans une vidéo. Cette étape est longue (6 à 15 mois environ) et non linéaire : il y a des « attaques de deuil », des explosions de souffrances qui imposent de laisser couler les larmes. C’est aussi le sentiment fondamental de solitude dans cette douleur qui n’appartient qu’à soi.

La déstructuration : cette étape est douloureuse car il y a un sentiment de perte de liens avec le défunt. On a l’impression que c’est pire, qu’on sombre. C’est à ce moment-là que le manque et l’absence prennent une dimension inexorable.

La restructuration : On commence à intérioriser les liens qui nous unissaient au défunt. Cette étape est un début d’apaisement, une redécouverte de petits moments heureux dans le tsunami de cette perte. On redéfinit son rapport au défunt, au monde, aux autres et à soi-même.

Cet article a été écrit grâce aux enseignements du DU Deuil et Travail du Deuil dispensés par l'université Paris Sud, et principalement aux connaissances transmises par le Dr Christophe Fauré.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.en-deuil-et.com/index.php?trackback/44

Fil des commentaires de ce billet